Deprecated: Function Elementor\DB::is_built_with_elementor is deprecated since version 3.2.0! Use Plugin::$instance->documents->get( $post_id )->is_built_with_elementor() instead. in /usr/www/users/lartde/osersavoix/wp-includes/functions.php on line 5379
admin, Author at Oser sa Voix

admin

Άρθρο

ΤΟ ΥΠΕΡΤΟΝΙΚΟ ΤΡΑΓΟΥΔΙ ΑΡΜΟΝΙΚΩΝ ΣΥΧΝΟΤΗΤΩΝ

ΜΙΑ ΦΑΣΜΑΤΙΚΗ ΑΝΑΚΑΛΥΨΗ

Θυμάμαι ακόμα την πρώτη φορά που αντιλήφθηκα τους καθαρούς αυτούς τόνους που αποκαλούμε «αρμονικές συχνότητες».

Φθινόπωρο 2012. Εκείνο το βράδυ βρεθήκαμε στο σπίτι με φίλους για ένα φωνητικό εργαστήρι ιερών τραγουδιών σε κύκλο. Μετά από μια σύντομη εισαγωγή σε αυτόν τον κόσμο, στο μουσικό και πολιτιστικό του πλαίσιο, στρογγυλοκαθίσαμε σε κύκλο. Καθόμουν οκλαδόν ακριβώς μπροστά στον δάσκαλο όταν μας ζήτησε να επαναλάβουμε μετά από αυτόν ένα μακρύ «Ααααα…» ήρεμο και συγχρόνως ηχηρό. Είχα ήδη συμμετάσχει σε κύκλους τραγουδιού και σίγουρα είχα ήδη προφέρει και ακούσει φωνήεντα όπως το «Α» (προφανές) οπότε μέχρι αυτή τη στιγμή τίποτα περίεργο, τίποτα ιδιαίτερο.
Όταν όμως ο Jean-Marie Semond, ο δάσκαλός μας, μας ζήτησε να επαναλάβουμε μετά από αυτόν ξανά και ξανά και ξανά… αυτό το περίφημο “Ααααα…” άρχισα να αναρωτιέμαι “μα τι κάνω;” ή «τι νόημα έχουν όλα αυτά τα «αααα»;», «αν χρειαζόμαστε 10 λεπτά για να μάθουμε να τραγουδάμε το «αααα» είναι σίγουρο ότι δεν πρόκειται να πάμε και πολύ μακριά…».
Ομολογώ ότι δεν ήμουν έτοιμος να το δεχτώ όλο αυτό. Το αναλυτικό μου μυαλό ήθελε να καταλάβει τα πάντα, να κυριαρχήσει σε όλα… κι έτσι οι προκαταλήψεις μου δεν άργησαν να πάρουν τα πάνω και να κυριαρχήσουν.

Προτού τα παρατήσω και φύγω με γοργά πηδηματάκια, έδωσα στον εαυτό μου μια τελευταία ευκαιρία. Έκλεισα τα μάτια, ανάπνευσα ήρεμα, βαθιά κι άφησα τον εαυτό μου σε αυτό το ηχητικό λουτρό, σε αυτό το παράξενο αλλά τελικά μαγευτικό «τραγούδι».

Μια φωνή από αλλού… κι από εδώ
Ξαφνικά μια άλλη φωνή, ψηλή, φωτεινή, καθαρή… έκανε την εμφάνισή της στη μέση του κύκλου μας! Ναι, ακριβώς εκεί μπροστά μου. Είπα μέσα μου “Ουπς, την πάτησα! Αρχίζω να ακούω φωνές!”.
Ανοίγω διάπλατα τα μάτια και αρχίζω να κοιτάζω δεξιά κι αριστερά για να λύσω το μυστήριο και να μάθω ποιος από τους συμμετέχοντες είχε επιλέξει να μας κάνει πλάκα.
Προς έκπληξή μου, αυτή η «φωνή» γινόταν όλο και πιο δυνατή. Το αξιοπερίεργο όμως ήταν πως κανείς δεν φαινόταν να την τραγουδάει. Είχε αρχίσει να πιάνει χώρο, να πιάνει και να δονεί κάθε μου κύτταρο, να τραβάει όλη την προσοχή μου, λες και τίποτ’άλλο δεν είχε πια σημασία!
Στο τέλος της συνεδρίας και πριν φύγει ο δάσκαλός μας, τον πλησίασα με μάτια κι αυτιά διάπλατα, όλο περιέργεια. Ξαφνικά μια απίστευτη δείψα ξύπνησε μέσα μου για το αξιοσημείωτο αυτό φαινόμενο. «Πρόκειται για τις αρμονικές συχνότητες» μου είπε αμέσως με τη βαθιά στιβαρή φωνή του. «Τα ιερά τραγούδια είναι ιδιαίτερα πλούσια σε αντηχήσεις και αρμονικές».
Τον ρώτησα αν υπάρχει κάποιος μουσικός πολιτισμός, κάποιος λαός στον κόσμο αυτό όπου οι αρμονικές να έχουν πρωταγωνιστική θέση στις μελωδίες τους. “Ναι, υπάρχουν τα μογγολικά – λαρυγγικά τραγούδια. Οι μογγόλοι χτίζουν τη μελωδία τους με τις αρμονικές αυτές συχνότητες”.

«Οι αρμονικές συχνότητες» λοιπόν! «Υπερτονικό, λαρυγγικό και μογγολικό τραγούδι αρμονικών…». Το μυστήριο αν και σύνθετο, μόλις είχε αρχίσει να ξετυλίγεται!

Μία φωνή – “δύο φωνές”
Από την επόμενη μέρα κιόλας άρχισα να ψάχνω κάποιον που θα μπορούσε να με βοηθήσει να γνωρίσω όσο γίνεται καλύτερα τα μογγολικά, υπερτονικά τραγούδια. Έτσι λοιπόν βρήκα τον πρώτο μου δάσκαλο στην τεχνική αυτή, τον Johanni Curtet. Διδάκτορας στην εθνομουσικολογία με εξειδίκευση ακριβώς στην πρακτική αυτή: τα μογγολικά υπερτονικά τραγούδια ή αλλιώς διφωνικά “diphoniques” που λένε στη Γαλλία. Χωρίς να διστάσω ούτε λεπτό άνοιξα τα mail μου και του ζήτησα άμεσα ιδιαίτερο μάθημα. Λίγες εβδομάδες αργότερα βρισκόμουν ήδη στο γαλλικό ΚΤΕΛ, στον δρόμο για το πρώτο μου μάθημα μαζί του. Αχ τι εμπειρία! Κάθε δύο εβδομάδες έπαιρνα το ΚΤΕΛ και πήγαινα να βρω τον δάσκαλό μου 140 χιλιόμετρα πιο πέρα, δύο ώρες ταξίδι για μια ώρα μάθημα! Το μογγολικό υπερτονικό τραγούδι, το λαρυγγικό αυτό τραγούδι από τις στέπες του όρους Αλτάι είχε αρχίσει να με μαγεύει. Άρχισα λοιπόν να το εξασκώ καθημερινά με μιαν ατείρευτη δείψα να καταλάβω τα πάντα, ν’ανακαλύψω, ν’αφουγκραστώ μέχρι και την τελευταία αρμονική συχνότητα του ήχου της φωνής μου. Η πρακτική του μογγολικού υπερτονικού τραγουδιού μου άνοιξε τα μάτια ή πιο συγκεκριμένα τ’αυτιά. Με βοήθησε ν’ανακαλύψω τον ήχο κάτω από ένα τελείως διαφορετικό πρίσμα, μοναδικό και υπέροχο!

Από τότε δεν σταμάτησα ποτέ να μελετώ, να πειραματίζομαι με την «διφωνική» αυτή πρακτική, με τις αρμονικές συχνότητες, τα θεμελιώδη δλδ συστατικά κάθε ήχου, τους καθαρούς τόνους της ανθρώπινης φωνής.

Έκτοτε εκπαιδεύτηκα δίπλα σε πραγματικά αξιόλογους ανθρώπους, δασκάλους και ερευνητές. Δεν θα ξεχάσω τους:
Anna-Maria Hefele
Daïnouri Choque
Iégor Reznikoff
Kenneth Bozeman
Chadley Ballantyne


Ο μεγαλύτερος όμως δάσκαλός μου, τόσο ως έμπνευσή όσο και ως σχολείο μου ήταν και έιναι η ΦΥΣΗ, τα στοιχεία της, οι ρυθμοί, οι συχνότητες και η ενέργειά της. Η ΖΩΗ της φύσης και η ζωή μου σε αυτήν. Οι εκδηλώσεις της ζωής μέσα μου και γύρω μου. Οι εγγενείς δεσμοί μεταξύ όλων των ζωτικών συστατικών και των δονήσεών τους.

ΤΙ ΕΙΝΑΙ ΤΟ ΥΠΕΡΤΟΝΙΚΟ ΤΡΑΓΟΥΔΙ;

Ο ορισμός του “διφωνικού”, υπερτονικού τραγουδιού δεν είναι σίγουρα ότι πιο εύκολο. Πρώτα απ ‘όλα πρέπει να ορίσουμε τι σημαίνει “τραγούδι”. Στο λεξικό της Larousse λοιπόν βρίσκουμε αυτόν τον ορισμό: “Τέχνη να παράγεις μελωδικούς ήχους, μουσικά έργα με φωνή”. Όσο για τον όρο «διφωνικό» (diphonique στα γαλλικά, difonico στα ιταλικά…), προέρχεται από το «δι + φωνή», διπλή φωνή δλδ.

Για να το θέσω πιο απλά, το διφωνικό, υπερτονικό τραγούδι είναι μια πρακτική όπου ΕΝΑ άτομο μπορεί να τραγουδήσει με «ΔΥΟ φωνές» ή πιο συγκεκριμένα μπορεί να τραγουδήσει ΔΥΟ διαφορετικές μελωδίες ταυτόχρονα.

Η «πρώτη φωνή» αποδίδεται στον θεμελιώδη τόνο της χροιάς και υποστηρίζεται από τις φωνητικές χορδές. Την ίδια στιγμή ένας υψηλότερος ήχος – η «δεύτερη φωνή» – φιλτράρεται κι ενισχύεται από τα αντηχεία μας (φάρυγγας, στόμα…).

Για να το θέσω αλλιώς, η φωνή (κάθε φωνή) είναι ένας σύνθετος ήχος αποτελούμενος από αρμονικές συχνότητες, έτσι όπως ένα ουράνιο τόξο αποτελείται από χρώματα. Τα αντηχεία μας λειτουργούν σαν πρίσμα της φωνής μας, έτσι όπως και οι σταγόνες της βροχής είναι πρίσματα για τις ακτίνες του ήλιου.

Αν καταφέρουμε λοιπόν να ελέγξουμε τα «πρίσματά» μας θα μπορέσουμε να ελέγξουμε και τα ηχοχρώματά μας – τα ουράνια τόξα των φωνών μας.

Δεν είναι κάτι φοβερό… είναι απλά μαγικό!

ΤΙ ΕΙΝΑΙ ΤΟ ΥΠΕΡΤΟΝΙΚΟ ΤΡΑΓΟΥΔΙ;

Το υπερτονικό τραγούδι είναι μια ευρέως διαδεδομένη φωνητική τεχνική που υπάρχει και εξασκείται σε διάφορα μέρη του κόσμου όπως από τους λαούς του όρους Αλτάι (Μογγόλοι, Τουβάνοι κ.λπ.), από βουδιστές μοναχούς, από τις γυναίκες της φυλής Ξόσα (Νότια Αφρική) αλλά και από τις γυναίκες Ινουίτ, .

Σήμερα, το συναντάμε και με τις ακόλουθες ονομασίες «διφωνικό, λαρυγγικό, μογγολικό, τραγούδι αρμονικών…».

Η ιστορία της πρακτικής αυτής αλλά και η προέλευσή της παραμένει ένα μυστήριο (ελλείψει επαρκούς τεκμηρίωσης, γραπτής ή καταγεγραμμένης) που οι εθνομουσικολόγοι δεν έχουν ακόμη καταφέρει να αποκαλύψουν.

Πηγές έμπνευσης γι αυτούς τους πολιτισμούς σε αυτήν την πρακτική είναι:

• Η φωνητική μίμηση φυσικών φαινομένων και η επικοινωνία με τις ηχητικές εκφράσεις και τις ενέργειές τους (ρυάκια, καταιγίδες, καταρράκτες, τραγούδι πουλιών, κραυγές ζώων κ.λπ.)

• Μίμηση του φλάουτου «Tsuur» (ισοκράτης + ταυτόχρονη μελωδία), ή ακόμα και της άρπας στόματος «Aman Khuur» (τα δύο αυτά όργανα έχουν εξέχουσα σημασία στους μουσικούς πολιτισμούς του όρους Αλτάι).

• Η ενίσχυση των διακυμάνσεων του ηχητικού φάσματος κατά την απαγγελία των επών (λαρυγγισμός «argil»).

Η ΔΙΔΑΣΚΑΛΙΑ ΜΟΥ ΤΟΥ ΥΠΕΡΤΟΝΙΚΟΥ ΤΡΑΓΟΥΔΙΟΥ

Όταν κλείνω τα μάτια και οραματίζομαι τις παιδαγωγικές προοπτικές της “διφωνικής” πρακτικής μου, βλέπω ιδιαίτερα μαθήματα – ατομικές συνεδρίες, εργαστήρια και σεμινάρια. Βλέπω να συνοδεύω την εναρμόνιση φωνητικών συνόλων και χορωδιών, βλέπω συνεργασίες με άλλους επαγγελματίες της φωνής, της υγείας και της ευεξίας (λογοθεραπευτές, φωνιάτρους, οστεοπαθητικούς, σοφρολόγους, δασκάλους γιόγκα, ηχοθεραπευτές κ.λπ.) . Βλέπω σημάδια που με παρακινούν, που τρέφουν το πάθος και την ενέργειά μου:

Τα λαμπερά και χαμογελαστά μάτια των μαθητών μου

Τις φωνές που αντηχούν ως τον βυθό των συναισθημάτων

Τον όμορφο κι ατέλειωτο δρόμο της εκπαιδευτικής έρευνας που ανθίζει μέρα με τη μέρα μπροστά μου.

Θα έλεγα ότι η μετάδοση του υπερτονικού τραγουδιού δεν με ενδιαφέρει τόσο για τα θεαματικά ακροβατικά και τα αρμονικά του “πυροτεχνήματα”, αλλά για το έδαφος που προετοιμάζει, για τους νευρώνες που ξυπνάει, για την ακρόαση που καλλιεργεί, για την επίγνωση της φωνητικής μας λειτουργίας, της φωνητικής μας έκφρασης πλούσιας σε ασύλληπτες δυνάμεις και ομορφιές.

ΣΥΝΕΧΙΖΕΤΑΙ...

Εάν το άρθρο αυτό σας άρεσε, μοιραστείτε το. Η υποστήριξή σας με παρακινεί να συνεχίσω με ακόμη περισσότερα άρθρα σχετικά με την φωνητική, το υπερτονικό τραγούδι και τον ηχητικό διαλογισμό…

Με μεγάλη μου χαρά να τραγουδήσουμε υπερτονικά μια μέρα μαζί 🙂 Γιάννης

ΜΕΙΝΕΤΕ ΕΝΗΜΕΡΩΜΕΝΟΙ ΓΙΑ ΤΑ ΑΡΘΡΑ, ΠΡΟΣΦΟΡΕΣ ΚΑΙ ΠΡΟΤΑΣΕΙΣ ΜΟΥ

ΑΤΟΜΙΚΕΣ ΣΥΝΕΔΡΙΕΣ

ΑΡΘΡΑ ΤΟΥ BLOG ΜΟΥ

Article

POURQUOI LA RESPIRATION

QUELLE EXPÉRIENCE UNIQUE!!!

C’était un moment formidable! Et bien que je n’aie aucun souvenir de cela à vous raconter, oui, je suis persuadé que cet instant, cette première prise d’air au moment de ma naissance était une expérience …salvatrice! Inspiration…et puis une première expiration en voix à la fois beltée*, saturée* et twangée*, dessinant des sirènes ascendantes et …insupportables (tu imagines bien).

*termes employés par la science vocale désignant des registres résonantiels. Ici, je les utilise pour décrire le timbre vocal du cris d’un bébé.

MAIS POURQUOI CE POST?

Si vous êtes en train de lire ceci, mon premier article de mon tout nouveau blog (!!!), cela veut dire déjà que vous RESPIREZ (continuez, je ne voulais pas vous couper…). Si vous vous demandez “mais qu’est-ce qu’il y a bien pu lui passer par la tête et il veut nous parler de l’air?”, je vous explique tout de suite:
Notre chant, notre voix est le reflet sonore de notre état psychocorporel et de notre geste vocal. Lors de mes cours, ateliers ou stages, je cherche toujours à accompagner mes élèves à trouver ou à retrouver un geste sain, efficace et confortable qui va ensuite leur permettre d’atteindre leur objectif recherché.

Voici les 5 sphères du geste vocal autour desquelles je construis mes séances:
Le corps (santé physique, ancrage, posture, mouvement, équilibre…)
Le mental (conscient et inconscient, cartésien et cerveau limbique…)
– La production vocale (souffle, vibration, résonance)
– La psychoacoustique (l’étude des relations entre les sons et leur interprétation par le cerveau)
– La proprioception (l’ensemble des informations nerveuses transmises au cerveau permettant la régulation de la posture et des mouvements du corps)

Ces sphères sont toutes importantes! (je vous dirais le pourquoi dans un prochain article).
Leur équilibre est essentiel tant pour notre santé que pour notre chant.
Le souffle alors, comme vous pouvez le voir, fait partie de la sphère responsable de la production vocale et plus précisément c’est grâce à lui que nos cordes vocales peuvent se mettre en vibration (effet de Bernoulli) pour nous offrir des fréquences et des mélodies capables de nous mettre en larmes ou dans d’irrésistibles pas de danse.

En fait, le souffle peut faire le lien entre notre corps et notre mental en prenant alors une place beaucoup plus grande dans notre vie de tous les jours! (…)
Comme je vous l’ai déjà dit, cela est le premier post de mon tout nouveau blog, et plus précisément est le premier d’une série d’articles que je vais dédier à LA RESPIRATION.

Si cet article vous a plu et si vous voulez me soutenir dans cette démarche, merci de le partager au plus grand nombre. Votre soutien va me motiver pour continuer l’alimentation de ce blog avec encore plus d’articles sur la technique vocale, le chant diphonique et la méditation sonore…

Au plaisir de…RESPIRER un jour ensemble 🙂 Iannis
Article

LE FONCTIONNEMENT RESPIRATOIRE

UNE ÉNERGIE VITALE

Depuis la nuit des temps, des civilisations et cultures ancestrales, de grandes traditions du monde entier ont porté une attention particulière, une importance sacrée à l’étude du souffle. Pour le célèbre médecin Hippocrate, l’observation du souffle faisait déjà partie du diagnostic, sans oublier qu’en grec, “pneuma” (πνεύμα) désigne à la fois le vent, l’air, le souffle, la respiration, mais aussi l’esprit et l’âme. D’ailleurs en latin “respirare”, et en suite en français “respirer” contient dans son étymologie la racine “spiritus” (esprit). En Chine le souffle c’est lui qui nourrit le “Qi”, l’énergie vitale. En Inde et plus précisément en yoga, le souffle on l’appelle “Prana” et pour encore une fois c’est la Vie, c’est l’énergie qui lie l’homme et l’univers.

Oui, le souffle c’est la vie, ou plus précisément c’est notre précieuse source d’énergie pour continuer à vibrer, à digérer, à bouger, pour grandir, pour parler ou pour chanter…
Nous venons dans ce monde avec un cri, nous partons de ce monde avec un dernier souffle.

Nous pouvons survivre sans manger pendant plus de 3 semaines; nous pouvons vivre sans boire pendant 3 jours; par contre, notre corps commence à sonner l’alarme dès que nous essayons de retenir notre respiration plus d’une minute (avec une pratique consciente et quotidienne, nous pouvons déplacer nos limites bien au-dessus de ça!).
“Le mental est le roi des sens; le souffle est le roi du mental.”
– B.K.S. Iyengar

Notre santé, physique ET psychique dépend réellement de la manière dont on respire:

Des études scientifiques, de plus en plus nombreuses, démontrent que l’asthme et les obstructions des voies respiratoires, la dysfonction métabolique (ex.diabète), les infections chroniques, les lésions cérébrales, ainsi que l’anxiété, la dépression, les attaques de panique, les épuisements et les burnout… sont souvent des symptômes et des signes d’un dysfonctionnement respiratoire.
La bonne nouvelle: en trouvant un geste respiratoire sain et fonctionnel, nous pouvons inverser la courbe et créer un cercle vertueux pour notre bien-être et notre guérison.

Comment fonctionne la respiration?
À la naissance, notre rythme respiratoire est d’environ 50 cycles / minute; quasi une respiration par seconde, des bouffées d’air rapides et irrégulières pour oxygéner notre corps, nos organes, nos cellules et tout genre des tissus qui ont soif d’air et d’oxygène.
Des années plus tard, en tant qu’adultes, nous respirons en moyenne entre 6 et 18 fois par minute pour un volume de 6 litres d’air par minute.

À chaque inspiration nos muscles inspiratoires se contractent (le muscle inspiratoire principal est le diaphragme) et ainsi une sous-pression se crée pour faire appel à l’air extérieur du corps. L’oxygène (et surtout l’azote en 78%) passe par nos voies aériennes supérieures (nez, pharynx, trachée), traverse les bronches et les bronchioles pour arriver aux alvéoles au sein de nos poumons. C’est là ou l’échange gazeux (oxygène – CO²) se produit entre les millions d’alvéoles pulmonaires et les capillaires qui les enveloppent.

À chaque expiration les muscles inspiratoires se relâchent et le diaphragme remonte passivement dans le thorax pour retrouver sa position de repos – c’est ainsi que l’air (enrichi en CO²) sort de nos poumons.
Dans le cas où on cherche une expiration active (ex. quand on chante “fort” ou quand on tousse) on utilise les muscles expiratoires (intercostaux internes, grand droit, obliques et transverse) pour augmenter davantage la pression intrathoracique.
Attention quand même aux verrous. Une expiration active doit toujours se faire avec conscience, dans le respect de nos limites, à l’écoute de nos corps et de nos voix.

Si cette description aux termes difficiles à assimiler parait compliquée, en fait …c’est une version SIMPLIFIÉE pour décrire ce processus miraculeux, ce “va et vient” du souffle, ce rythme vital d’une importance majeure. J’avoue que la description d’un miracle (comme celui du souffle) n’est pas si facile que ça… 🙂

Et quid pour le CHANT?
La voix chantée, encore plus que la voix parlée, demande une source d’énergie bien présente pour pouvoir se produire.
Est-ce qu’il faut “respirer par le ventre”? Est-ce qu’il faut “prendre beaucoup d’air”, “baisser les épaules”, “inspirer par la bouche”, “pousser le diaphragme”, “garder les cotes ouvertes”, “contracter le périnée”, “chanter dans une colonne d’air”, “soulever le palais mou”… ou tout simplement, est-ce qu’il faut vraiment “apprendre à respirer”?

Pour avoir mon avis à toutes ces questions fondamentales, je vous invite à patienter jusqu’au prochain article de mon blog…
Si cet article vous a plu et si vous voulez me soutenir dans cette démarche, merci de le partager au plus grand nombre. Votre soutien va me motiver pour continuer l’alimentation de ce blog avec encore plus d’articles sur la technique vocale, le chant diphonique et la méditation sonore…

Au plaisir de…RESPIRER un jour ensemble 🙂 Iannis

Article

LA BONNE RESPIRATION POUR LE CHANT

Le souffle et le CHANT

Si vous avez pris des cours de chant, lu des bouquins sur le sujet ou si vous avez simplement fouillé dans le net, vous avez certainement entendu parler d’une “bonne respiration”, d’une “respiration diaphragmatique”, d’une profonde inspiration “par la bouche”, ou même “par le ventre”, de la “contraction du périnée” et de “l’ouverture du thorax” tout en gardant un “sourire intérieur”…

“Apprendre à respirer” pour apprendre à “bien chanter” peut sonner très juste à partir du moment ou la respiration est d’une importance majeure pour la production vocale. Quoi de mieux alors, vous me diriez, que de focaliser notre attention sur la respiration?! Et c’est justement là où se cache un possible danger! Je m’explique…

UNE FONCTION AUTONOME OU CONTRÔLÉE?

La respiration est une fonction autonome, rythmique et contrôlée (eh oui, vous avez bien lu: autonome ET contrôlée à la fois).

Les deux mécanismes de régulation sont la régulation chimique (ex.taux de CO²) et la régulation nerveuse (système nerveux autonome et système nerveux somatique).

Pour faire simple, votre respiration est “AUTONOME” (quasi 24h/24h) quand par exemple vous êtes en train de lire ces lignes, quand vous parlez, quand vous mangez… et d’autant plus quand vous dormez (et heureusement!). Par contre, votre respiration est “CONTRÔLÉE” quand par exemple vous soufflez une bougie, vous tenez votre souffle… ou vous chantez une longue note. C’est là où votre respiration active peut avoir sa place.

Les exercices de “cohérence cardiaque” ainsi que de nombreuses autres pratiques respiratoires millénaires (Tummo breathing, Pranayama…) abordent ce sujet passionnant en offrant des clés et des méthodologies précises et efficaces.

Vous me diriez, ok, mais pourquoi alors ne pas focaliser toute notre attention sur la respiration? Pourquoi ne pas apprendre à bien respirer?

UNE "BONNE RESPIRATION"

Tout d’abord, la “bonne respiration” n’existe pas, comme n’existe pas la “bonne posture”, le “bon régime” ou la “bonne manière” de vivre.


Chacun son corps et donc chacun son souffle (attention cela ne veut pas dire que notre respiration est forcement efficace et fonctionnelle). Une “bonne” respiration pour le chant est une respiration fluide et confortable; une respiration qui peut s’adapter sans grand effort demandé aux exigences de la pratique vocale (chantée ou parlée).


Focaliser notre attention sur la respiration pour “bien chanter”, c’est comme focaliser notre attention sur les pieds pour “bien marcher”. Néanmoins, nous ne sommes pas le résultat d’un assemblage de pièces indépendantes et séparées; nous sommes le fruit d’une synergie extraordinaire; ou pour citer le grand astrophysicien Hubert Reeves, nous sommes des poussières d’étoiles.
Porter toute notre attention seulement sur une partie du geste vocal risque de nous faire oublier le fonctionnement global. Le danger alors avec ce chemin d’ “apprentissage” est d’ “oublier” ce que l’on connait déjà. En essayant de maitriser notre respiration, nous risquons de verrouiller les autres sphères responsables de la phonation (pour en savoir plus sur les sphères du geste vocal: ici).


Certes la respiration thoracique et claviculaire, l’inspiration par la bouche, la contraction volontariste du périnée, l’effort constant pour le maintien de l’ouverture des côtes ou de la mâchoire… sont des gestes et des habitudes qui ne facilitent pas l’équilibre vocal.


Pour “apprendre” à respirer…, nous n’avons qu’à commencer par une étape primordiale: OBSERVER notre respiration pour mieux la CONNAITRE.
Cette étape peut paraitre tellement évidente qu’elle est souvent négligée. Dédiez 2-3 minutes par jour au “va et vient” de votre souffle. Votre respiration est une clé pour la stimulation des vos systèmes nerveux “sympathique” et “parasympathique”.
Soyez présent.e.s et attentifs.ves. à tout ce qui se présente (à l’intérieur et à l’extérieur de vous).
Respirez en conscience! Eh oui la respiration peut être un outil ultra-efficace pour votre pratique de méditation.

Prenez conscience de la respiration et tout d’un coup vous tombez amoureux de la vie.
– Maurice DAUBARD

OBSERVEZ VOTRE RESPIRATION...

..et posez-vous alors ces questions:

– Comment je respire? – Par le nez ou par la bouche? …et quand je chante, comment je respire?
– Quand je parle, quand je lis à voix haute?
– Comment je respire quand un souvenir agréable traverse mon esprit?
– À quel rythme je respire? Quel est le ratio entre mon inspiration et mon expiration?
– Est-ce que je sollicite le diaphragme, les muscles abdominaux, le thorax, le dos ou les clavicules… ?
– Mon souffle est-il silencieux ou pas?
– Est-il profond?
– Est-ce que je peux sentir mon corps respirer?
– Est-ce que je sens mon cœur et ses battements dialoguer avec mon souffle?
– Comment je respire quand je suis stressé.e ou quand je viens de me réveiller après un bon sommeil réparateur?
– Comment ma posture influence mon souffle?
– Comment je respire quand je marche ou quand je fais de l’exercice physique?
– Combien de fois par jour je porte mon attention à ma respiration?
– Combien de fois par jour je respire?
– Quelle est la dernière fois où j’ai pris soin de ma respiration?
– Quelle est la dernière fois où je me suis posé ces questions?

ALORS ON CHANTE !

Le chant comme toute pratique vocale requiert le souffle.
Et comme on a vu lors du deuxième article dans ce blog, des fois nous sommes obligé.e.s de chercher une expiration active par la sollicitation de nos muscles expiratoires.
Bien heureusement l’humain n’a pas besoin de savoir quel muscle il faut contracter et quel autre il faut détendre, quel pression intrathoracique ou quel degré d’ouverture buccale chercher pour exprimer ses émotions et partager son chant.


Quelques signes d’une respiration saine et efficace pour la pratique vocale sont:
– une inspiration silencieuse (dés que possible nasale!)
– une gorge “ouverte” et une langue détendue
– une expiration longue et confortable
– des muscles abdominaux, thoraciques et dorsaux détendus à chaque inspiration
– une respiration costo-diaphragmatique
– un diaphragme et un périnée libre des tensions à chaque respiration
– une respiration fluide en lien avec le corps et ses mouvements
– un soutien musculaire nécessaire, suffisant et constant lors de la production vocale
– un bon accolement des cordes vocales pendant la phonation
– une voix résonnante (riche en harmoniques)
– un geste vocal confortable
– un corps ancré mais pas rigide; un corps flexible comme un jeune arbre
– un mental présent et détendu
– un chant qui nous fait plaisir, qui nous touche, qui exprime son message avec élégance et profondeur.

Une “bonne” respiration pour le chant est une respiration qui vient soutenir notre émission vocale, qui vient alimenter notre expression, sans nous blesser ou nous épuiser.
Oui, une “bonne” respiration pour le chant est bonne aussi pour notre santé physique, psychique et émotionnelle!


Alors RESPIRONS CONSCIEMMENT pour bien chanter et CHANTONS encore et encore pour mieux vivre et respirer!
Si cet article vous a plu et si vous voulez me soutenir dans cette démarche, merci de le partager au plus grand nombre.
Votre soutien va me motiver pour continuer l’alimentation de ce blog avec encore plus d’articles sur la technique vocale, le chant diphonique et la méditation sonore…


Au plaisir de…RESPIRER un jour ensemble 🙂
Iannis

Une “bonne” respiration pour le chant est une respiration qui vient soutenir notre émission vocale, qui vient alimenter notre expression, sans nous blesser ou nous épuiser.
Oui, une “bonne” respiration pour le chant est bonne aussi pour notre santé physique, psychique et émotionnelle!

Alors RESPIRONS CONSCIEMMENT pour bien chanter et CHANTONS encore et encore pour mieux vivre et respirer!
Si cet article vous a plu et si vous voulez me soutenir dans cette démarche, merci de le partager au plus grand nombre.
Votre soutien va me motiver pour continuer l’alimentation de ce blog avec encore plus d’articles sur la technique vocale, le chant diphonique et la méditation sonore…

Au plaisir de…RESPIRER un jour ensemble 🙂 Iannis
Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article

LE CHANT DIPHONIQUE OU HARMONIQUE

UNE DÉCOUVERTE RÉSONANTE

Je me souviens encore la première fois où j’ai pris conscience de ces sons purs qu’on appelle les “harmoniques”.

Automne 2012; ce soir là nous nous étions retrouvés chez nous avec des amis pour pratiquer des chants sacrés en cercle. Après une courte introduction dans ce monde, dans son contexte musical et culturel, nous nous sommes assis par terre. J’ai été en tailleur juste en face du professeur quand il nous a demandé de répéter après lui un long “Aaaaa…” à la fois posé et résonnant. J’avais déjà participé à des cercles de chant et d’autant plus j’avais déjà prononcé et entendu des voyelles comme le “A” (évident) donc jusque là rien de bizarre, rien de particulier.
Par contre quand Jean-Marie, notre prof, nous a demandé de répéter après lui encore et encore et encore… ce fameux “Aaaaa…” j’ai commencé à me demander “mais qu’est-ce que je fais là?” ou “à quoi ça sert tous ces “aaaaa”?”, “s’il nous faut 10 minutes pour apprendre à chanter le “aaaa” c’est sûr qu’on ne va pas aller très loin…”.
J’avoue que je n’étais pas prés à accepter tout cela. Mon mental analytique voulait tout comprendre, tout maitriser… et mes préjugés n’ont pas tardé à prendre le dessus.


Avant d’abandonner et commencer à m’agiter dans tous les sens, je me suis permis une dernière chance. J’ai fermé les yeux, j’ai respiré profondément et je me suis abandonné dans ce bain sonore, dans ce “chant” bizarre, mais envoutant.


Une voix d’ailleurs… et d’ici
Tout d’un coup une autre voix, aigüe, claire, pure… est apparue au milieu de notre cercle! Oui, là juste devant moi. Je me suis dit “Mince! je commence à entendre des voix!”.
J’ouvre les yeux grands et je commence à regarder à droit et à gauche de moi pour résoudre le mystère et trouver qui parmi les participants avait choisi de nous faire cette blague.
A ma grande surprise cette “voix” devenait de plus en plus forte, mais personne ne semblait la chanter, elle commençait à occuper l’espace, elle venait de captiver toute mon attention, magnifier cet instant unique!
À la fin de la séance et avant que Jean-Marie parte, je l’ai approché pour en savoir plus sur ce phénomène remarquable. “Il s’agit des harmoniques” m’a tout de suite dit avec sa voix grave. “Les chants sacrés sont particulièrement riches en résonances et en harmoniques.”
Je lui ai demandé si il y a une culture – un peuple dans ce monde où les harmoniques ont une place protagoniste dans leurs mélodies.
“Oui, il y a les chants diphoniques mongols où la mélodie est dessinée par ces harmoniques”.


“Les harmoniques” alors. “Le chant diphonique et le chant mongol…”. Le mystère commençait juste à se résoudre!


Une voie – “deux voix”
J’ai cherché à trouver quelqu’un qui puisse m’aider à progresser dans cette voie des chants mongols et j’ai trouvé Johanni Curtet; un docteur en ethnomusicologie spécialisé justement aux chants diphoniques mongols. Sans hésiter une seconde, je l’ai contacté et quelques semaines plus tard je me trouvais dans le car Angers – Rennes pour aller prendre mon premier cours avec lui. Whoah quelle expérience! Toutes les deux semaines, je rentrais dans le car et j’allais rejoindre mon prof 140km vers le nord-ouest; deux heures de voyage pour une heure de cours. Le chant diphonique mongol, ce chant guttural des steppes du mont Altaï commençait à m’ensorceler. J’ai commencé à le pratiquer TOUS les jours et à vouloir TOUT comprendre, tout découvrir, tout entendre. La pratique du chant diphonique mongol m’a permis d’ouvrir mes yeux, ou plus précisément mes oreilles, et à découvrir ce monde sous un prisme totalement différent, totalement nouveau et formidable!


Depuis je n’ai de cesse d’étudier, d’expérimenter cette voie à “deux voix”, ces fréquences harmoniques, ingrédients fondamentaux de chaque son, vibrations pures de chaque voix.


J’ai suivi des stages et formations avec des personnes et chercheurs remarquables dans cet univers des résonances. Parmi eux je n’oublierais pas:
Anna-Maria Hefele
Daïnouri Choque
Iégor Reznikoff
Kenneth Bozeman
Chadley Ballantyne


Par contre, je dirais que mon plus grand maitre, à la fois mon inspiration et mon école a été la NATURE; les éléments de la nature, ses rythmes, ses fréquences et son énergie. La VIE de la nature en lien avec moi-même. Les manifestations de la vie en moi et autour de moi. Les liens intrinsèques entre tout ce qui est, qui vie, qui vibre.

C'EST QUOI LE CHANT DIPHONIQUE OU HARMONIQUE?

La définition du chant diphonique certes n’est pas la chose la plus facile.
Tout d’abord il faut définir le “chant”, et dans le dictionnaire Larousse nous trouvons cette définition: “Art de produire par la voix des sons mélodieux, des œuvres musicales.” Quant au terme “diphonique”, il vient du grec “di + phonique” qui veut dire “deux + voix”.

Pour faire simple alors, le chant diphonique est un chant où UNE personne peut chanter à “DEUX voix”!

La “première voix” attribuée au son fondamental de notre timbre est soutenue par les cordes vocales en même temps qu’un son plus aigu – la “deuxième voix” – est filtré par nos cavités de résonance (pharynx, bouche…).

Pour le dire autrement, la voix (chaque voix) est un son complexe constitué par des fréquences harmoniques, comme un arc-en-ciel est constitué de couleurs.
Nos résonateurs sont le prisme de nos voix, comme les goutes de pluie sont les prismes pour les rayons du soleil.

Il suffit qu’on se mette à maitriser nos “prismes” pour commencer à maitriser nos résonances et nos chants (harmoniques, diphoniques ou autres d’ailleurs).

Rien de sorcier …simplement magique!

QUELLES SONT LES ORIGINES DU CHANT DIPHONIQUE?

Le chant diphonique est une technique vocale répandue et présente dans divers endroits du monde, pratiquée depuis longtemps par les cultures du mont Altaï (Mongoles, Touvaines…), par des moines bouddhistes, par les femmes Xhosa (Afrique du Sud) et par des femmes inuites.

Aujourd’hui, nous le trouvons également sous les appellations suivantes “chant harmonique”, “overtone singing”…, ou même “throat singing – chant de gorge”.

L’histoire de cette pratique et de ses origines restent jusqu’à aujourd’hui un mystère (faute de documentation suffisante, écrite ou enregistrée) que les ethnomusicologues n’ont pas encore réussi à dévoiler.

Les sources les plus probables ayant inspiré ces cultures à cette pratique sont:

• L’imitation vocale des phénomènes naturels et l’échange avec leurs expressions sonores et leurs énergies (ruisseaux, orages, cascades, chant d’oiseaux, cris d’animaux…)

• L’imitation du jeu de la flûte « Tsuur » (bourdon vocal + mélodie de la flute simultanée), ou même du jeu de la guimbarde « Aman Khuur » (ces deux instruments étant bien présents dans les cultures musicales du mont Altaï).

• La démarcation des fluctuations du spectre résonantiel lors de l’exécution des épopées (voix de gorge « argil ») et la fin de leurs phrases en bourdons longs.

MA TRANSMISSION DU CHANT DIPHONIQUE OU HARMONIQUE

Quand je ferme les yeux pour visualiser les perspectives pédagogiques de ma pratique diphonique, je vois des séances individuelles en présentiel et à distance, des stages et cycles thématiques; je vois l’accompagnement – l’harmonisation des groupes et des chœurs, des collaborations avec d’autres professionnels de la voix, de la santé et du bien-être (orthophonistes, phoniatres, ostéopathes, sophrologues, professeurs de Yoga, sonothérapeutes…); je vois des signes qui me motivent, qui alimentent mon présent, ma passion et mon énergie :

Les yeux brillants et souriants de mes élèves

Les voix qui résonnent jusqu’au fond des émotions

Le beau chemin infini de recherche pédagogique qui éclot jour après jour devant moi.

Je dirais après tout que la transmission du chant diphonique ou harmonique ne m’intéresse pas tellement pour ses acrobaties spectaculaires et ses feux d’artifice harmoniques, mais plutôt pour le terrain qui prépare, pour les nouveaux chemins neuronaux qu’elle trace, pour l’écoute qu’elle cultive, pour la résonance et la conscience de notre geste vocal, de notre expression vocale aux forces et aux beautés insoupçonnées.

À SUIVRE...

Si cet article vous a plu et vous pensez que d’autres personnes pourraient être intéressées, merci de le partager avec le plus grand nombre. Votre soutien va me motiver pour continuer l’alimentation de ce blog avec encore plus d’articles sur la technique vocale, le chant diphonique et la méditation sonore…

Au plaisir de…DIPHONER un jour ensemble 🙂 Iannis
Scroll to Top

Libérez vos harmoniques

Master class offerte !
Visioconférence en replay

Les 3 erreurs à éviter pour découvrir le plein potentiel de votre chant diphonique.

overtones

En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir nos newsletters, offres et propositions.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

AdobeStock 185375258 scaled
SOYEZ LES PREMIÈR.ES à RECEVOIR MES OFFRES ET PROPOSITIONS!