Article

le chant DIPHONIQUE OU HARMONIQUE


UNE DÉCOUVERTE résonante

Je me souviens encore la première fois où j'ai pris conscience de ces sons purs qu'on appelle les "harmoniques".

Automne 2012; ce soir là nous nous étions retrouvés chez nous avec des amis pour pratiquer des chants sacrés en cercle. Après une courte introduction dans ce monde, dans son contexte musical et culturel, nous nous sommes assis par terre. J'ai été en tailleur juste en face du professeur quand il nous a demandé de répéter après lui un long "Aaaaa..." à la fois posé et résonnant. J'avais déjà participé à des cercles de chant et d'autant plus j'avais déjà prononcé et entendu des voyelles comme le "A" (évident) donc jusque là rien de bizarre, rien de particulier.
Par contre quand Jean-Marie, notre prof, nous a demandé de répéter après lui encore et encore et encore... ce fameux "Aaaaa..." j'ai commencé à me demander "mais qu'est-ce que je fais là?" ou "à quoi ça sert tous ces "aaaaa"?", "s’il nous faut 10 minutes pour apprendre à chanter le "aaaa" c'est sûr qu'on ne va pas aller très loin...".
J'avoue que je n’étais pas prés à accepter tout cela. Mon mental analytique voulait tout comprendre, tout maitriser... et mes préjugés n'ont pas tardé à prendre le dessus.

Avant d'abandonner et commencer à m'agiter dans tous les sens, je me suis permis une dernière chance. J'ai fermé les yeux, j'ai respiré profondément et je me suis abandonné dans ce bain sonore, dans ce "chant" bizarre, mais envoutant.

Une voix d'ailleurs... et d'ici
Tout d'un coup une autre voix, aigüe, claire, pure... est apparue au milieu de notre cercle! Oui, là juste devant moi. Je me suis dit "Mince! je commence à entendre des voix!".
J'ouvre les yeux grands et je commence à regarder à droit et à gauche de moi pour résoudre le mystère et trouver qui parmi les participants avait choisi de nous faire cette blague.
A ma grande surprise cette "voix" devenait de plus en plus forte, mais personne ne semblait la chanter, elle commençait à occuper l'espace, elle venait de captiver toute mon attention, magnifier cet instant unique!
À la fin de la séance et avant que Jean-Marie parte, je l'ai approché pour en savoir plus sur ce phénomène remarquable. "Il s'agit des harmoniques" m'a tout de suite dit avec sa voix grave. "Les chants sacrés sont particulièrement riches en résonances et en harmoniques."
Je lui ai demandé si il y a une culture - un peuple dans ce monde où les harmoniques ont une place protagoniste dans leurs mélodies.
"Oui, il y a les chants diphoniques mongols où la mélodie est dessinée par ces harmoniques".

"Les harmoniques" alors. "Le chant diphonique et le chant mongol...". Le mystère commençait juste à se résoudre!

Une voie - "deux voix"
J'ai cherché à trouver quelqu'un qui puisse m'aider à progresser dans cette voie des chants mongols et j'ai trouvé Johanni Curtet; un docteur en ethnomusicologie spécialisé justement aux chants diphoniques mongols. Sans hésiter une seconde, je l'ai contacté et quelques semaines plus tard je me trouvais dans le car Angers - Rennes pour aller prendre mon premier cours avec lui. Whoah quelle expérience! Toutes les deux semaines, je rentrais dans le car et j'allais rejoindre mon prof 140km vers le nord-ouest; deux heures de voyage pour une heure de cours. Le chant diphonique mongol, ce chant guttural des steppes du mont Altaï commençait à m’ensorceler. J'ai commencé à le pratiquer TOUS les jours et à vouloir TOUT comprendre, tout découvrir, tout entendre. La pratique du chant diphonique mongol m'a permis d'ouvrir mes yeux, ou plus précisément mes oreilles, et à découvrir ce monde sous un prisme totalement différent, totalement nouveau et formidable!

Depuis je n'ai de cesse d’étudier, d’expérimenter cette voie à "deux voix", ces fréquences harmoniques, ingrédients fondamentaux de chaque son, vibrations pures de chaque voix.

J'ai suivi des stages et formations avec des personnes et chercheurs remarquables dans cet univers des résonances. Parmi eux je n'oublierais pas:
Anna-Maria Hefele
Daïnouri Choque
Iégor Reznikoff
Kenneth Bozeman
Chadley Ballantyne

Par contre, je dirais que mon plus grand maitre, à la fois mon inspiration et mon école a été la NATURE; les éléments de la nature, ses rythmes, ses fréquences et son énergie. La VIE de la nature en lien avec moi-même. Les manifestations de la vie en moi et autour de moi. Les liens intrinsèques entre tout ce qui est, qui vie, qui vibre.
C'est quoi le chant diphonique?
La définition du chant diphonique certes n'est pas la chose la plus facile.
Tout d'abord il faut définir le "chant", et dans le dictionnaire Larousse nous trouvons cette définition: "Art de produire par la voix des sons mélodieux, des œuvres musicales." Quant au terme "diphonique", il vient du grec "di + phonique" qui veut dire "deux + voix".

Pour faire simple alors, le chant diphonique est un chant où UNE personne peut chanter à "DEUX voix"!

La "première voix" attribuée au son fondamental de notre timbre est soutenue par les cordes vocales en même temps qu’un son plus aigu - la "deuxième voix" - est filtré par nos cavités de résonance (pharynx, bouche...).

Pour le dire autrement, la voix (chaque voix) est un son complexe constitué par des fréquences harmoniques, comme un arc-en-ciel est constitué de couleurs.
Nos résonateurs sont le prisme de nos voix, comme les goutes de pluie sont les prismes pour les rayons du soleil.

Il suffit qu'on se mette à maitriser nos "prismes" pour commencer à maitriser nos résonances et nos chants (harmoniques, diphoniques ou autres d'ailleurs).

Rien de sorcier ...simplement magique!

UN PEU D'HISTOIRE...

Le chant diphonique est une technique vocale répandue et présente dans divers endroits du monde, pratiquée depuis longtemps par les cultures du mont Altaï (Mongoles, Touvaines…), par des moines bouddhistes, par les femmes Xhosa (Afrique du Sud) et par des femmes inuites.

Aujourd’hui, nous le trouvons également sous les appellations suivantes “chant harmonique”, “overtone singing”…, ou même “throat singing – chant de gorge”.

L'histoire de cette pratique et de ses origines restent jusqu’à aujourd’hui un mystère (faute de documentation suffisante, écrite ou enregistrée) que les ethnomusicologues n'ont pas encore réussi à dévoiler.

Les sources les plus probables ayant inspiré ces cultures à cette pratique sont:

• L'imitation vocale des phénomènes naturels et l’échange avec leurs expressions sonores et leurs énergies (ruisseaux, orages, cascades, chant d’oiseaux, cris d’animaux…)

• L'imitation du jeu de la flûte « Tsuur » (bourdon vocal + mélodie de la flute simultanée), ou même du jeu de la guimbarde « Aman Khuur » (ces deux instruments étant bien présents dans les cultures musicales du mont Altaï).

• La démarcation des fluctuations du spectre résonantiel lors de l’exécution des épopées (voix de gorge « argil ») et la fin de leurs phrases en bourdons longs.
MA TRANSMISSION DU CHANT DIPHONIQUE
Quand je ferme les yeux pour visualiser les perspectives pédagogiques de ma pratique diphonique, je vois des séances individuelles en présentiel et à distance, des stages et cycles thématiques; je vois l’accompagnement – l’harmonisation des groupes et des chœurs, des collaborations avec d’autres professionnels de la voix, de la santé et du bien-être (orthophonistes, phoniatres, ostéopathes, sophrologues, professeurs de Yoga, sonothérapeutes…); je vois des signes qui me motivent, qui alimentent mon présent, ma passion et mon énergie :

Les yeux brillants et souriants de mes élèves

Les voix qui résonnent jusqu’au fond des émotions

Le beau chemin infini de recherche pédagogique qui éclot jour après jour devant moi.

Je dirais après tout que la transmission du chant diphonique ne m’intéresse pas tellement pour ses acrobaties spectaculaires et ses feux d’artifice harmoniques, mais plutôt pour le terrain qui prépare, pour les nouveaux chemins neuronaux qu’elle trace, pour l’écoute qu’elle cultive, pour la résonance et la conscience de notre geste vocal, de notre expression vocale aux forces et aux beautés insoupçonnées.

À SUIVRE...

Si cet article vous a plu et vous pensez que d'autres personnes pourraient être intéressées, merci de le partager avec le plus grand nombre. Votre soutien va me motiver pour continuer l'alimentation de ce blog avec encore plus d'articles sur la technique vocale, le chant diphonique et la méditation sonore...

Au plaisir de...DIPHONER un jour ensemble :)
Iannis
Partager sur les réseaux sociaux

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

UN STAGE D'INITIATION à cette pratique fascinante
Soyez les premiers à recevoir mes articles, offres et propositions

Les séances individuelles
Les articles de mon blog